Le premier Bla, c’est Viviane Vidal de la Blache. Le second, c’est Marie-Christine Blanc. Bla Bla, simple, logique, amusant ! Malgré des parcours divergents avant leur rencontre, ces deux femmes volontaires ont toujours eu un pied dans la mode. L’histoire commence au début des années 70 avec la première des deux “Bla”, Marie-Christine, qui est alors à la tête de deux boutiques de prêt-à-porter baptisées La Grande Truanderie. L’une se trouve rue Saint-Denis à Paris, l’autre sur le port de Saint-Tropez. Dix ans plus tard, Marie-Christine se marie, délaisse momentanément le prêt-à-porter pour élever des chèvres et vendre des fromages à Saint-Tropez avec son amoureux… “J’ai fini par quitter chèvres et mari pour revenir à mes premières amours : la mode.” C’est alors qu’entre en scène la seconde “Bla”, Viviane. Elle aussi a eu une vie parisienne riche, évoluant au milieu de jeunes créateurs - Agnès b., Castelbajac Nicole Farhi - qui travaillent au côté de son père, Zyga Pianko, fondateur de la marque Pierre d’Alby. Malgré son amour de Paris, elle aussi décide un jour de changer de vie ! Nouveau départ pour Saint-Tropez avec trois enfants et un mari magnifique. Sa boutique de vêtements tropézienne, elle l’ouvre avec une première Marie. Le lieu passe par plusieurs noms avant de devenir “Bazar, dit-elle” (en référence à Marguerite Duras… car les deux femmes sont férues de littérature). Puis ce sera “Bla Bla”, juste après la rencontre avec Marie-Christine. Les trois femmes deviennent amies, puis associées. Trois femmes libres, encore portées par les idées et les belles utopies de Mai 68. Nous sommes dans les années 80. Trente ans plus tard, la première Marie est partie vers d’autres rêves, mais la boutique est toujours là. Viviane et Marie-Christine aussi, plus que jamais fidèles à l’air du temps. “Nous avons le même état d’esprit que nous avions alors. Nous avons toujours eu notre propre conception de la mode, nous suivons nos envies, nos coups de cœur.” La preuve ? La découverte perpétuelle de créateurs et créatrices prometteurs à travers le monde : Bokja pour le Liban, Siyu pour l’Espagne, Avant toi et Niù pour l’Italie, Gilda Midani pour le Brésil, Yavï pour l’Inde, One Season pour l’Australie, et pour la France, Jamin Puech, Zazo, Leon & Harper ou encore V de Vinster… “des noms derrière lesquels se cachent des coups de coeur, mais aussi des hommes et des femmes devenus au fil du temps des amis”. Dans les rayons, sur les cintres, les genres et les couleurs se mélangent. Les matières - lin, soie, coton, cachemire, laine, peaux et même paillettes ! - se multiplient dans un fantastique patchwork chic et décontracté qu’on aime découvrir ou redécouvrir à l’infini…

No items found.

Découvrez notre article sur la ferme des bouis
< Retour à la rubrique