Sur le mythique port, la boutique J.O 1946 renoue avec les plaisirs glacés qui ont fait la réputation de la famille de Céline Risso. Un savoir-faire qui puise ses origines à l’été 1946, lorsque le grand-père, Joseph Risso, se fait connaître à Sainte-Maxime, attirant une foule de connaisseurs en quête de crèmes glacées de qualité. Les saisons sont passées et la réputation des glaces de la famille a dépassé les frontières varoises. Cet été, Céline s’associe à Olivier Temprado, pour nous offrir le meilleur, dans une boutique idéalement placée et entièrement redécorée. “Nous présentons 19 crèmes glacées et 9 sorbets”, énumère le duo, insistant sur la sélection de fruits exclusivement bio, utilisés dans les recettes. Des vacherins en cinq parfums, un tiramisu glacé, des tartes au citron ou à la mandarine meringuées… Les recettes pâtissières se font le reflet d’une créativité raffinée : Olivier met au point les gâteaux et les soumet à l’équipe pour une dégustation avant validation. Céline, rompue aux exigences du métier, a travaillé 20 ans dans le prêt-à-porter mais l’appel de la gourmandise a été le plus fort, l’incitant à renouer avec ses souvenirs d’enfance. Les années défilent mais les recettes demeurent, les clients reviennent, année après année, avec leurs enfants et petits-enfants, en quête des saveurs et de l’authenticité de cette maison qui, de la vanille jusqu’aux marrons glacés, entretient de rares liens de fidélité avec ses fournisseurs. “Nous n’utilisons ni coulis, ni toppings” prévient Olivier qui leur préfère la chantilly qui chapeaute certaines compositions comme le Jour et Nuit, le Capuccino ou la Fraise Melba. La passion est héréditaire et Gino, le fils de Céline, qui maîtrise déjà la fabrication, aime le contact avec les clients. En charge également de tous les réseaux sociaux de la marque en qualité de community manager, sa maman “espère qu’il prendra la relève”. Perpétuer la tradition, là encore.

No items found.

Découvrez notre article sur la ferme des bouis
< Retour à la rubrique