À toute heure du jour, “les navettes du Four” comme on dit ici, embaument le quartier de leurs douces effluves d’eau de fleur d’oranger. En un cortège ininterrompu, on remonte la rue Sainte pour rejoindre cette vénérable boulangerie qui, depuis 240 ans, régale Marseillais et visiteurs de ses navettes au goût inimitable. “Depuis, 1781, seules trois familles se sont succédé ici”, relate Nicolas Imbert dont le père Jean-Claude, a acquis le Four des Navettes en 1988. “Nous sommes dépositaires d’une part du patrimoine. C’est une fierté et une responsabilité”, dit le jeune chef d’entreprise. Titulaire d’un savoir-faire unique, Nicolas Imbert conserve précieusement le petit secret de fabrication qui fait toute la spécificité de ses biscuits. En forme de barque, la navette symbolise l’arrivée, en Provence, des trois Marie, Salomé, Madeleine et Jacobé. Si les vieux Marseillais l’aiment croquante, Nicolas Imbert raconte que certains clients réchauffent leur navette au grille-pain quand d’autres la tartinent de confiture d’orange et de chantilly. Les fêtes de la Chandeleur marquent le temps fort de l’année mais, depuis 1998, le développement touristique offre une vitrine planétaire aux biscuits de Nicolas Imbert : “En juillet et en août, on parle plus anglais que français”. Sous le charme de cette maison mémorielle, les visiteurs admirent le vieux four et son habillage de briques, les comptoirs en bois chargés de navettes, macarons aux amandes, canistrelli et autres croquants. “Pour respecter le calendrier des traditions, nous fabriquons la pompe à huile qui compte parmi les treize desserts de Noël et, en janvier, la brioche des rois”. Autant de savoureuses raisons pour vénérer cette boulangerie et se délecter de navettes à longueur d’année, partout dans le monde, grâce au site de vente en ligne.

No items found.

Découvrez notre article sur la ferme des bouis
< Retour à la rubrique