Deux cousins, deux copains et une passion pour le vin. Ainsi pourrait-on résumer le parcours de Régis et Sylvain, deux winemakers d’un genre nouveau. “Nous sommes des négociants, ça veut dire que nous achetons des raisins et les vinifions sur le lieu même où ils ont été vendangés, explique avec pédagogie Sylvain. Cette méthode permet, tout en étant très attentif aux méthodes culturales de la vigne, de faire du vin là où on a envie de le faire”. Bousculant les codes, le duo d’associés sort des diktats en vigueur : “Nous avons retiré les labels de nos étiquettes, complète Régis. Si on aime nos vins, on n’a pas besoin de labels pour les goûter. Nous nous adaptons aux usages dans chaque région tout en entretenant un vif intérêt pour la biodynamie”. Très complémentaire, le duo s’est réparti les tâches. Ingénieur de formation avec un passé dans les métiers de la finance, Régis a signé le graphisme des étiquettes, gère la comptabilité et la logistique. Titulaire d’un BTS viticulture-œnologie, Sylvain, lui, a été sommelier aux Arcenaulx, a travaillé au château Barbanau à Roquefort-la-Bédoule avant de séjourner 4 ans en Australie. “C’est à mon retour à Marseille, en 2016, que j’ai proposé à Régis de lancer ce négoce new style pour pays en quête de vins de vignerons”, confie-t-il. Très vite, la Corée du Sud, le Brésil ou l’Australie se sont passionnés pour ces “vins propres et bien habillés” que Régis et Sylvain valident de concert avant commercialisation. La France aussi tombe sous le charme : cette année, 30 % des 50 000 bouteilles produites resteront sur le territoire hexagonal. “Nous ne sommes pas une start-up du vin et nous voulons moderniser le métier” résument les deux cousins pour qui le plaisir passe par l’humilité et le refus de tout sectarisme.

No items found.

Découvrez notre article sur la ferme des bouis
< Retour à la rubrique